D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été près des enfants.
L’ainée d’une belle fratrie, j’étais proche de ma soeur puis de mon frére. Pour gagner quelques petits sous, j’ai fait babysitter et enfin animatrice dans les camps pour jeunes.
Très tôt, j’ai eu l’image d’avoir une famille idéale, un mari, les enfants et le chien!
J’avais hâte de serrer mon et mes enfants contre moi, de leur raconter des histoires, de leur faire rire et de les aimer. Simplement.

À aucun moment, je n’ai eu l’image d’un litre de bave sur mon tee-shirt, d’une montagne de vètements sales à laver, d’un monticule de vaisselle à laver, d’une tonne de jouets à ramasser, d’une rivière de vêtements trop petits à changer-ranger-donner ou encore de mille repas équilibrés à inventer.

Bref! Rien de tout cela ne faisait partie de l’image. Appartement, boulot, école, travail, devoirs, ménage, dodo. C’est pourtant là. Ainsi va la vie.

Et le soir, lorsque je rentre, je m’entends dire:

  • « J’ai pas le temps de te lire une histoire! »,
  • « J’ai pas le temps de jouer avec toi »,
  • « Je suis fatiguée »,
  • « Demande à Papa! »,

et autre « Attends une seconde, j’arrive, Promis! ».

Toutefois, rien ne va plus. Personnellement, mon enfant réagit au quart de tour lorsque je ne suis pas de bonne humeur; la petite d’habitude calme chouine et pleurniche sans expliquer pourquoi. Ou alors, elle qui d’habitude s’endort comme une souche, se relève toutes les 2 minutes pour me dire que sa gorge est sèche tellement elle a soif, qu’il y a un ours Enorme sous son lit, qu’elle a chaud, puis qu’elle a froid.

Le temps passe et je ferme les yeux pour mieux me rappeler les raisons qui m’ont poussée à faire des enfants. Je respire un grand coup, je redescends et je retourne vers elle.

Oui vous aussi, vous êtes fatiguée, vous avez envie de pleurer et vous aimeriez qu’on vous prépare à manger.

Mais je surpasse cela, et je vais vers elle, on se fait un gros calin et on rester lové sur le canapé , puis elle me raconte sa journée.

 

                                       

 

Je regarde ma pile de vaisselle, mais je préfère m’émouvoir sur un de ses gribouillis plutôt que de m’énerver . En plus, ce temps de partage prend prend rarement plus de 15 minutes et ça recharge nos batteries pour des heures.

Le reste attendra!

Au début, je me suis dit que je ne devais pas être particulièrement pas douée. Dès que je range d’un côté, elle dérange de l’autre. Je ne peux pas entamé un truc long car je sais qu’elle va me déranger tout le temps. J’ai l’impression que ma maison est un bordel permanent. Mon aspirateur et serpillère c’est tard le soir une fois que tout le monde est couché.

Mais la vie est belle et je me suis dit : Simplifions nous la vie. Profitons de la vie heureuse et chanceuse que nous pouvons avoir.

C’est sur, cette vie la nous ouvre les bras, le ménage attendra!

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.